Pratique sur le terrain

30 12 2008

Ce qu’il y a de bien en etant au Japon, c’est que la pratique des kanji est obligatoire en meme temps que l’apprentissage.
Et tout ce passe en temps reel.
Tout d’abord, je connaissais avant de venir le terme 原 qui signifie pré, prairie.  Je n’en connaissais pas la prononciation forcement avec la methode Heisig. Par contre, je l’ai apprise sur le tas en etant a Tokyo grace a 2 stations/quartiers de la ville.

  • Harajuku = 原宿 = はらじゅく
  • Akihabara = 秋葉原 = あきはばら

Donc l’une des prononciations est はら「hara」, qui devient ばら「bara」 parfois pour en faciliter la prononciation comme dans beaucoup de cas en japonais (essayez de prononcer akihahara).

Un autre exemple est Shinagawa station, 品川. Je connaissais les 2 kanji, et je connaissais la prononciation de 川 (かわ) grace a mes autres voyages par le passe.  しな「shina」 est rentre automatiquement donc dans ma tete.

Dernier exemple d’hier soir lorsque l’on etait dans le train en direction de la ville de Chiba pour un repas de famille au restaurant Sushi Hana (en passant, je conseille pour faire un repas traditionel avec beaucoup de poisson, mais soyez pret a payer le prix pour les specialites). Arme de mon iphone, je lisais le kanji #228, 葉 qui signifie feuille. Il suffit que je porte mon regard sur les pubs dans la rame de train pour voir le signe partout dans 千葉=Chiba. J’avais du voir ce kanji des centaines de fois avant, sans que cela ne s’impreigne vraiment.

J’y vois dans tous ces exemples une premiere demonstration que la methode Heisig a du sens. Auparavant dans mes voyages passes au Japon, j’evitais tout contact avec les kanji, parfois essayant de memoriser leur « forme » brut de fonderie dans l’espoir de retrouver mon chemin dans le train et de lire la carte que je garde dans ma poche. Quelques un sont bien restes mais le ratio bourrage de crane/memorisation etait bien bas.

Avec juste quelques semaines de la methode Heisig, je prends les kanji d’un cote different. Surtout, je n’ai plus l’apprehension que je ne peux pas y trouver un sens ou ne pas les retenir. Il ne me font plus peur! (enfin j’ai pas encore eu un deuxieme cauchemar  en tout cas…) Je m’amuse a detecter les kanji que je connais partout sur les signes, les menus, les horaires de train, les pubs qui defilent etc…  J’arrive aussi a reconnaitre ce que je ne connais pas! Ce qui montre que je connais des trucs non? 😉

Et parfois je prends mon cerveau a chercher par lui meme a inventer une histoire ou a rejouer l’une qu’il connait pour se rendre compte que non, il manque 2 traits a ce kanji pour que cela soit celui que je connais deja.

En tout cas, tout est a positif encore une fois. Au moins jusqu’au combat de kanji prevu avec ma petite niece demain! Elle fait des mots croises deja. Le concept meme de mots croises en japonais ne m’etait pas venu a l’esprit! Je vais me prendre une belle branlee je le sent. 😉

Je retourne a mon kanji #235 qui introduit la lecon 11. Yeah!

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :